P2OA       Instruments       Données       Campagnes       Formation       Recherche       Publications   

CRA (580 m)

Etre accueilli sur le site P2OA du CRA
Centre de Recherches Atmosphériques de Lannemezan. Photo : Solène Derrien.

Le Centre de Recherches Atmosphériques (CRA, 43.12981°N, 0.36915°E) est situé sur le plateau de Lannemezan a 580 m d’altitude, en aval du piémont pyrénéen. Créé dans les années 60 pour répondre aux besoins d’expérimentation en milieu naturel exprimés par la communauté des physiciens et chimistes de l’atmosphère, le CRA rassemble des capacités d’observation et d’accueil de campagnes de mesures, mais possède également toutes les caractéristiques d’un laboratoire de recherche.

Par sa situation isolé, en terrain plat, ouvert et étendu, la CRA est propice à l’implantation de moyens spécifiques ou lourds. De plus, il est doté d’infrastructures (bâtiments de travail, locaux techniques, capacités d’hébergement, liaisons informatiques haut débit, salle de conférence, etc..) lui permettant d’accueillir des campagnes expérimentales ponctuelles, des observations permanentes ou des développements instrumentaux sur toutes thématiques.

Une quinzaine de personnes travaillent en permanence sur le site, couvrant tous les corps de la recherche (chercheurs, informaticien, électricien, mécanicien, ingénieurs instrumentation et hyper-fréquence,...).

La laboratoire d’Aérologie y a installé de façon permanente des instruments sur les thématiques suivantes :

  1. Le cycle de l’eau atmosphérique, la physique des nuages et des précipitations
  2. L’électricité atmosphérique
  3. La dynamique troposphérique
  4. La physico-chimie atmosphérique

Le site offre aussi une homogénéité suffisante pour conduire des études de processus de couche de surface et couche limite, ainsi que des opérations de validation de capteurs spatiaux ou aéroportés. A l’échelle supérieure, la proximité du massif pyrénéen, distant d’une vingtaine de kilomètres, génère des systèmes orographiques intéressants pour les études de dynamique atmosphérique, du cycle de l’eau et des nuages, et du transport de la pollution à différentes échelles.